French English Back Back

Nova Polska I


Gaëlle Magder

Au cours de son histoire, la Pologne a traversé des phases successives de puissance et de déclin, allant même jusqu’à disparaître en tant qu’État pendant plus d’un siècle. En 1918, le pays accède enfin à l’indépendance, mais ce ne sera que pour une brève durée puisqu’un peu plus de vingt ans plus tard les Russes et les Allemands se partagent le territoire. À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, 18% de la population a été exterminée, et la politique communiste prend le pouvoir. Cette période, particulièrement marquante pour le pays, s’achève en 1989 à la chute du régime. C’est la même année que le pays reprend officiellement le nom de République de Pologne. Depuis, la démocratie s’installe progressivement, et le monde occidental envahit le pays. Aujourd’hui, quinze ans après la Chute du Mur, et à quelques semaines de son entrée dans l’Union Européenne, la Pologne est un état encore en pleine mutation. Marqué par un fort passé communiste, le pays est régulièrement assimilé au cliché de ce que l’on appelle encore souvent « l’Europe de l’Est ». Alors que la vieille génération regrette parfois l’ère soviétique, la plupart des jeunes Polonais d’aujourd’hui, eux, refusent de vivre et de s’identifier à un monde qui appartient au passé. Ils cherchent à s’approprier l’univers occidental florissant, à l’opposé des contraintes de l’ancien régime. Cette nouvelle Pologne, pleine de contrastes et de richesses, m’interroge : Qui sont les Polonais d’aujourd’hui ? Quel est leur quotidien ? En quoi un passé communiste les différencie de nous, de moi ? Parce qu’ils incarnent le monde de demain, j’ai choisi de mettre l’accent sur les jeunes. À Varsovie, car la capitale, reconstruite à 98 % à la fin de la Seconde guerre mondiale sur le schéma communiste, est, quant à elle, l’emblème d’une identité locale, issue en grande partie de l’ère soviétique, qui se mêle progressivement à l’identité commune européenne. À travers leurs relations avec leurs grands-parents, j’ai cherché à déterminer quels sont les codes de la société de consommation moderne qui ont modifié leur vie. J’ai ainsi réalisé une serie de portraits de jeunes avec leurs grands-parents, dans le lieu d’habitation des aînés. Une sélection de phrases pertinentes vient s’ajouter au images. Je me suis intéressée aux réflexions des jeunes car c’est eux qui vont bâtir la Nouvelle Europe. C’est un pays moderne et dynamique qui est en construction, et qui cherche à s’intégrer dans la nouvelle Europe. Et malgré la relative déception de l’utopie démocratique, beaucoup croient encore au rêve américain. Notre passé et notre culture diffèrent souvent, mais ce sont ces richesses qui nourrissent notre Europe de demain.


 

Gaëlle Magder / Picturetank MAG0019207

"Heureusement, je n’ai pas connu ce temps où le passeport était la meilleure chose dont on pouvait rêver. Aujourd’hui, on a juste besoin d’une carte d’identité !" Adam (20 ans, étudiant en sociologie) et sa grand-mère. Varsovie.

Varsovie, Poland - 15/05/2004

 

Gaëlle Magder / Picturetank MAG0019208

"Je suis un peu sceptique sur l’Union Européenne. Mais je ne comprend pas trop bien ce qu’il se passe, c’est trop compliqué. J’espère juste que ça ira mieux, que ça aidera les gens." Agnieszka (23 ans, mère de famille) et sa grand-mère. Pologne.

banlieue de Varsovie, Poland - 15/05/2004



top