French English Back Back

Fordlandia ou l'arbre qui pleure


Pauline Daniel

Fordlandia et l'arbre qui pleure* Ou la folie industrielle d'un magnat de l'automobile En 1929, Henri Ford achète un million d'hectares de terres au beau milieu de l'Amazonie et crée Fordlandia. Cette véritable enclave Américaine a pour objectif secret de devenir la plus grande plantation de caoutchouc au monde. Après la construction de centaines de maisons, d'usines, d'un hôpital et l'importation de "l'American way of life" au milieu de la jungle, un champignon venu de la jungle viendra décimer tous les hévéas. Quinze années plus tard, Fordlandia est revendu à l'état du Brésil pour une bouchée de pain. Ford y aura englouti plus de 20 millions de $. Aujourd'hui, 3000 personnes vivent encore dans cette ville où les fantômes du passé sont encore très présents. *caoutchouc : littéralement "arbre qui pleure" ; cao : "bois" et tchu : "qui pleure"


 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073129

Arrivée à Fordlandia par le Rio Tapajos. Le navire, navette quotidienne, relie le village au reste de l'Amazonie. Au loin, vestige de l'époque américaine, "La Bomba Di Agua".

Fordlandia, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073131

Embarcadère de Fordlandia, cette ville compte encore plus de 4000 habitants issus des Seringueros (celui qui récolte le latex) restés sur place après le déclin de “ l'empire Ford ”.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073133

Un pêcheur raccommode son filet. La pêche est devenue l'activité principale et l'un des seuls moyens de survie de la population locale.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073135

Depuis 1945, l'économie s'est arrétée. A part la pêche et la culture, il reste quelques maçons et charpentiers.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073137

Vestige du rêve démesuré de Ford, l’une des nombreuses usines construites au milieu de la jungle.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073139

Derrière les verrières de ces immenses usines 3000 ouvriers travaillaient. Aujourd’hui, une seule personne est responsable de la partie du matériel qui fonctionne encore. La population locale lui amène bricoles et menus travaux à réparer.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073141

Depuis 60 ans, les usines de Ford sont à l’abandon et la nature reprend ses droits progressivement.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073143

La piscine du quartier résidentiel reste l’une des traces de “ l’ American Way of Life ” que les américains avaient apporté avec eux.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073147

Avec Fordlandia, Henri Ford avait pour objectif de créer la plus grande plantation de caoutchouc au monde et il a dépensé des fortunes pour importer "l'American way of life" au milieu de la jungle. En 10 ans, tous les hévéas seront décimés par un champignon, transformant le rève de Ford en ville fantôme. Les maisons des contremaîtres américains devaient répondre aux exigences du confort moderne. Jamais la jungle n’avait connu un tel luxe. Aujourd'hui elles sont entretenues par les villageois.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073148

Avec Fordlandia, Henri Ford avait pour objectif de créer la plus grande plantation de caoutchouc au monde et il a dépensé des fortunes pour importer "l'American way of life" au milieu de la jungle. En 10 ans, tous les hévéas seront décimés par un champignon, transformant le rève de Ford en ville fantôme. À l’intérieur des maisons des contremaîtres, tout est resté en place ; les propriétaires sont partis en abandonnant tout derrière eux.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073149

Avec Fordlandia, Henri Ford avait pour objectif de créer la plus grande plantation de caoutchouc au monde et il a dépensé des fortunes pour importer "l'American way of life" au milieu de la jungle. En 10 ans, tous les hévéas seront décimés par un champignon, transformant le rève de Ford en ville fantôme. Entre nostalgie et fierté, les anciens du village conservent précieusement les vestiges de cet age d’or.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073150

Pour attirer la main d’œuvre dont il a besoin, Henry Ford fait construire l’hôpital le plus moderne de l’état du Parà.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073151

Ford promet l’assistance médicale à tous ses employés. En réalité, les arrêts maladie sont déduits du salaire et les malades ne pouvant reprendre rapidement le travail sont renvoyés.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073152

Après 1945, l’Hôpital a continué de fonctionner. Les deux derniers médecins sont partis il y a dix ans, découragés par le manque de moyens et le manque d’avenir pour leurs enfants.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073153

On raconte avec fierté que c’est dans cet hôpital qu’aurait eu lieu la première intervention de chirurgie esthétique du pays.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073154

Escola Princesa Izabel, 278 élèves y étudient encore aujourd’hui.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073155

Malgré les faibles subsides de l’état, l’école possède sa salle informatique.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073156

Comme beaucoup de jeunes de ce village, ces petites écolières quitteront peut-être à leur tour Fordlandia pour la grande ville.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

Autorisation orale des personnes uniquement.

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073157

Enfants jouant au football avec une canette dans les allées de Fordlandia.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

Autorisation orale des personnes uniquement.

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073158

Au bar rudimentaire du village, la cachaça est de rigueur.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004

Autorisation orale des personnes uniquement.

 

Pauline Daniel / Picturetank DAP0073159

Le caoutchouc, littéralement “ l’arbre qui pleure ”, ne sollicite plus d’intérêt dans cette région marquée par la folie industrielle d’un homme.

Fordlandia, Amazonie, Brazil - 00/09/2004



top