French English Back Back

Soins d'Amour


Frédérique Jouval

Au pays Bas une association permet aux personnes handicapées moteur d'avoir accès à une sexualité. Le SAR (Fondation alternative de liens de proximité) regroupe une vingtaine de personnes. Evidemment aux Pays-Bas comme ailleurs, l’association suscite une grande curiosité. Les hommes et les femmes du SAR Déroute, Dérange, Choquent,. Pourtant la sexualité est une composante essentielle de la vie de tout être humain. L’activité des femmes et des hommes du SAR a beau répondre à un besoin aigu, elle n’en correspond pas moins à le définition du plus vieux métier du monde. Au SAR, on ne trouvera jamais personnes pour dire, qu’il ou elle se prostitue. Une association semblable a vu le jour en Suisse, en Allemagne, en Belgique… Et ailleurs ?


 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316545

Au pays Bas une association permet aux personnes handicapées moteur d'avoir accès à une sexualité.

Netherlands - 23/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316547

Un ami qu'elle paie depuis cinq ans, sans que cela perturbe leur relation. "J'achète ma liberté, en contrepartie, Vincent n'exige rien de moi. Il vient parfois pour m'aider sur différents domaines, dans la maison…. Notre relation n'est pas uniquement sexuelle."

Netherlands - 23/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084153

Anneke et Vincent ne se voient trois fois par mois, rarement plus de deux heures.

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084152

Physically handicapped people's sexuality. "Loving Care" is a charity that helps handicapped people in need of tenderness. It is one of the rare charities that helps handicapped people with their sexuality. A moment of tenderness between Anneke, on the right, and Vincent, her helper. They see each other 3 times a month.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084163

Marten, seul dans sa chambre. Pour éviter de trop s'attacher, Marten fait appel à différentes accompagnatrices

Netherlands - 27/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0240491

Anneke et Vincent ne se voient que trois fois par mois, rarement plus de deux heures. Pour chacune de ces rencontres, Anneke paie, environ la somme de 80 euros.

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0240448

"J'ai été mariée pendant onze ans à un homme lui aussi invalide. Il acceptait mal son corps, il n'était pas satisfait de moi sexuellement. Il a fait appel au SAR pour que quelqu'un vienne me sensibiliser au plaisir. Je n'étais pas d'accord, mais quand j'ai vu Vincent, j'ai peu à peu éprouvé des sentiments pour lui. Je me sentais de plus en plus mal avec mon mari, et nous avons convenu de divorcer. J'ai continué à voir Vincent. Je le considère aujourd'hui comme mon ami.

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084156

La visite de Vincent s'achève. Après de tendres moments passés ensembles, Vincent ramène Anneke dans son fauteuil. Secrètement amoureuse de lui, elle devra attendre patiemment sa prochaine visite.

Netherlands - 21/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084160

Moment de tendresses entre Anneke et Vincent sont accompagnant qui vient la voir trois fois par mois.

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084154

La sexualite chez les personnes handicapees moteur. Au secours de personnes handicapees en mal de calins. l'une des rares, association, a été cree il y a deux decennies aux Pays-Bas. Ici, moment de tendresses entre Anneke et Vincent sont accompagnant qui vient la voir trois fois par mois.

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084158

"J'ai été mariée pendant onze ans à un homme lui aussi invalide. Il acceptait mal son corps, il n'était pas satisfait de moi sexuellement. Il a fait appel au SAR pour que quelqu'un vienne me sensibiliser au plaisir."

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084170

René, créateur de l'association le SAR et Kitty son accompagnante. Son engagement au SAR a beau provenir d'un constat fait en tant qu'infirmière, Kitty ne mélange pas patients et clients. Comme la plupart des gens de l'association, pour rien au monde elle ne parlerait de son activité sur son lieu de travail.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316549

They don't sell their charms in a window in Amsterdam or elsewhere, but come to the aid of disabled people deprived of tenderness. Disabled people are often ashamed of their bodies and hold them in low esteem. When they are touched gently and erotically, they are back in touch with this bodily envelope that is slowly slipping away. They discover that what disgusts them, can be an instrument of pleasure.

Netherlands - 23/02/2001

STRICT EDITORIAL USAGE CONFORM TO CAPTION AND CONTEXT. WITH SIGNED OR ORAL MODEL/PROPERTY RELEASE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316541

They don't sell their charms in a window in Amsterdam or elsewhere, but come to the aid of disabled people deprived of tenderness. Disabled people are often ashamed of their bodies and hold them in low esteem. When they are touched gently and erotically, they are back in touch with this bodily envelope that is slowly slipping away. They discover that what disgusts them, can be an instrument of pleasure.

Netherlands - 23/02/2001

STRICT EDITORIAL USAGE CONFORM TO CAPTION AND CONTEXT. WITHOUT MODEL/PROPERTY RELEASE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316548

They don't sell their charms in a window in Amsterdam or elsewhere, but come to the aid of disabled people deprived of tenderness. Disabled people are often ashamed of their bodies and hold them in low esteem. When they are touched gently and erotically, they are back in touch with this bodily envelope that is slowly slipping away. They discover that what disgusts them, can be an instrument of pleasure.

Netherlands - 23/02/2001

STRICT EDITORIAL USAGE CONFORM TO CAPTION AND CONTEXT. WITH SIGNED OR ORAL MODEL/PROPERTY RELEASE. Infos : +33(0)143 15 63 53.

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316540

Anneke et Vincent ne se voient que trois fois par mois, rarement plus de deux heures. Pour chacune de ces rencontres, Anneke paie, environ la somme de 80 euros. Elle a rencontré Vincent par l'intermédiaire d'une association qui ne pouvait trouver sa place ailleurs qu'aux Pays-Bas, le SAR. Plus concrètement, il s'agit d'une organisation qui met en rapport des adultes handicapés physiques avec des femmes et des hommes venus leur faire l'amour. Anneke est une personne handicapée. Vincent est "son homme de service".

Netherlands - 23/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084155

Anneke commencera à attendre son prochain rendez-vous avec Vincent.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084171

René à droite et Kitty sont accompagnante. En tant qu'infirmière, Kitty ne mélange pas patients et clients. Comme la plupart des gens de l'association, pour rien au monde elle ne parlerait de son activité sur son lieu de travail.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0240488

Mertens sourit en sentant la main posée de Andy, l'une de ses accompagnantes en un signe de au revoir.

Netherlands - 12/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084165

René and Kitty hold hands affectionately. As a nurse she doesn't mix patients and clients. Like most of the volunteers for the charity she would never talk about what she does here at her work place.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316550

Anneke et Vincent ne se voient que trois fois par mois, rarement plus de deux heures. Pour chacune de ces rencontres, Anneke paie, environ la somme de 80 euros. Elle a rencontré Vincent par l'intermédiaire d'une association qui ne pouvait trouver sa place ailleurs qu'aux Pays-Bas, le SAR. Plus concrètement, il s'agit d'une organisation qui met en rapport des adultes handicapés physiques avec des femmes et des hommes venus leur faire l'amour. Anneke est une personne handicapée. Vincent est "son homme de service".

Netherlands - 23/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084151

Mertens, handicapé moteur explose d'une joie intense d'être dans les bras de Andy, l'une de ses accompagnantes. Afin d'éviter de trop s'attacher, Mertens a choisi de fait appel à différentes accompagnatrices issue de la même association.

Netherlands - 23/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084168

René Vercoutre, créateur du SAR (Fondation alternative de liens de proximité). à gauche et Kitty sont accompagnante. Cette approche médicinale de la sexualité, est au coeur des préoccupations des quelques femmes infirmières, qui ont rejoint le SAR. Parmi elles, Kitty, petite brune toute de tendresse et d'attention. "Depuis longtemps déjà, j'avais conscience de la détresse sexuelle des personnes handicapées, surtout des jeunes. Ils sont en général inquiets, ils ne savent pas s'ils seront capables de faire l'amour si l'occasion se présente un jour. Je me disais qu'il fallait faire quelque chose que je ne pouvais pas me permettre en tant qu'infirmière. En tant qu'infirmière, Kitty ne mélange pas patients et clients. Comme la plupart des gens de l'association, pour rien au monde elle ne parlerait de son activité sur son lieu de travail.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084167

Pas de publicité, pas de petites annonces, on arrive au SAR (Fondation alternative de liens de proximité) essentiellement par le bouche-à-oreille et par le relais des médias. Évidemment, aux Pays-bas comme ailleurs, l'association suscite une grande curiosité. D'autant que son président est un personnage de petite notoriété. Quand il annonce la naissance de son premier enfant, au début des années 70, René Vercoutre ne s'attend pas aux mines étonnées qui accueillent la nouvelle. Même son médecin s'interroge sur sa paternité. René est pourtant marié à une femme superbe, kinésithérapeute. Oui, mais atteint de poliomyélite à 15 ans, René est depuis lors lourdement paralysé. On l'imagine par conséquent sans vie sexuelle. Interviewé dans le livre d'un professeur de médecine puis dans plusieurs émissions de télévision, René devient - plus encore avec la naissance de son second enfant - le champion du droit des personnes handicapées à une sexualité heureuse. Quand le SAR se forme, il est tout d'abord trésorier, avant d'en devenir le président. Un symbole fort, qui permet à l'association d'échapper au sceau qui la guette dans tous les esprits, celui de la prostitution.

Netherlands - 21/03/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0316538

Comment pourrait-on envisager d'avoir une personne handicapée pour partenaire sexuel?" Au sein même d'Amstelrade, l'institution où vit Ad tout près d'Amsterdam, on est frappé de constater à quel point toute vie intime semble bannie. Dans des chambres d'une dizaine de mètres carrés, il n'y a guère de place que pour un lit d'une personne. L'architecture des lieux de vie pour les personnes handicapées leur nie toute sexualité. La directrice d'Amstelrade, Iris van der Reijden ne se voile pas la face. "Si l'on devait reconstruire un centre comme Amstelrade aujourd'hui, on prendrait en compte la dimension sexuelle, part essentielle de la vie des personnes handicapées comme de nous tous. On ne ferait plus des petites chambres accolées les unes aux autres sans insonorisation aucune, mais l'on travaillerait davantage sur un concept d'appartement et d'endroit privé. Notre conscience a nettement évolué vis-à-vis des personnes handicapées. Pendant longtemps, les directeurs d'institutions ont pensé pour les malades qu'ils avaient chez eux. "Quand je faisais appel à des prostituées, se souvient Ad, il n'y avait rien d'autre qu'une relation sexuelle. Avec les femmes du SAR, c'est le contact avant tout qui compte. Elles arrivent, on boit un thé, on discute. En une heure et demie, on a le temps de faire autre chose que l'amour."

Netherlands - 23/02/2001

 

Frédérique Jouval / Picturetank JOF0084162

Un ami qu'elle paie depuis cinq ans, sans que cela perturbe leur relation. "J'achète ma liberté, en contrepartie, Vincent n'exige rien de moi. Il vient parfois pour m'aider sur différents domaines, dans la maison…. Notre relation n'est pas uniquement sexuelle." Dans le centre de distribution de fromage où il travaille à mi-temps, les collègues de Vincent doivent avoir du mal à imaginer les activités qui l'occupent le reste du temps. Depuis huit ans maintenant, Vincent se rend aux quatre coins du pays pour rendre visite à des femmes handicapées. Certaines, il le sait, éprouvent pour lui des sentiments plus forts que l'amitié. "Ce sont les risques du métier, hasarde-t-il, l'amour arrive quelquefois. On n'est pas des robots. Moi aussi, à ma manière, je ressens des choses très fortes pour Anneke, et c'est difficile. Mais il y a un apprentissage à faire. Je viens ici pour rendre un service. L'argent pose la limite, clarifie l'histoire. Il n'empêche pas l'affection." De son côté, Vincent vit depuis de nombreuses années avec une femme, qui elle aussi travaille au SAR. "Il n'est pas question de jalousie entre nous, ni avec aucune de mes clientes. Avant de rentrer dans l'association, j'étais accompagnateur bénévole avec des handicapés. Mon activité au SAR participe pour moi de la même démarche."Donner son corps comme on donne son temps“.

Netherlands - 12/03/2001



top