French English Back Back

Sénégal : une jeunesse à la dérive


Samuel Humez/Journaliste. William Dupuy/Photographe

« On change le pays ou on change de pays ». Alors que le président Abdoulaye Wade vient d’être largement réélu, la formule imaginée par le rappeur vedette Xuman a des allures de slogan politique. Au Sénégal où le chômage touche 40 % des moins de 35 ans, la situation des jeunes a rarement été aussi préoccupante. Plusieurs milliers d’entre eux ont fui le pays en pirogue depuis janvier 2006. Rien ne semble décourager ces candidats à l’émigration clandestine : ni le froid, ni le renforcement des patrouilles policières, ni même la perspective de mourir en route. Seule mesure d’envergure proposée par Wade : le plan de retour vers l’agriculture, destiné en priorité aux rapatriés d’Espagne, soit près de 5000 personnes. Le gouvernement a-t-il les moyens d’empêcher de nouveaux départs ? Quelles sont les attentes des jeunes ? Croient-ils encore en leur avenir au Sénégal ? De Dakar à N’Dioum, des quartiers de pêcheurs aux régions agricoles, enquête sur une jeunesse à la dérive.


 

William Dupuy / Picturetank DUW0085314

6 h à Yarakh. Une équipe de nuit rentre au port après douze heures de pêche en haute mer. Parmi les pêcheurs, plusieurs jeunes ont tenté de rejoindre l’Europe en pirogue cet automne. Rapatriés de force, ils ont repris leur travail mais n’ont qu’une obsession : repartir.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085316

Retour de pêche au port de Yarakh. Dans ce quartier de Dakar, les pêcheurs, âgés d’une trentaine d’années pour la plupart, gagnent en moyenne l’équivalent de quatre euros par jour.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085317

Sur la plage de Thiaroye-sur-mer, dans la banlieue de Dakar, des jeunes tuent le temps en buvant du thé et en bavardant. Leurs principaux sujets de discussion : la galère du quotidien et la vie à l’étranger.

dakar, Dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085319

Un après-midi ordinaire aux HLM, quartier populaire de Dakar. 60 % des élèves sénégalais n’atteignent pas la 6ème. Refoulés du système scolaire, la plupart partagent leur temps entre désoeuvrement et petits boulots

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085320

Attente à l’Agence Nationale pour l’Emploi des Jeunes, antenne de Dakar. Créée en 2001, l’A.N.E.J est le principal instrument de lutte contre le chômage mais reste largement méconnue du grand public.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085326

Le centre Bopp est aussi l’une des meilleures écoles de basket-ball du pays. Issues des quartiers populaires de la capitale, les jeunes recrues espèrent rejoindre un jour l’équipe nationale ou un prestigieux club étranger.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085330

Le centre Bopp est aussi l’une des meilleures écoles de basket-ball du pays. Pendant l’entraînement, les jeunes des quartiers populaires viennent admirer les futures stars du Sénégal.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085325

Salle des arts martiaux du Centre Bopp. À quatre jours d’une compétition mondiale, l’équipe sénégalaise de kick-boxing se prépare sans moyen ni motivation. Ibrahima, Ousseïnou et Sana n’ont pas d’entraîneur et ne connaissent toujours pas l’identité de leurs adversaires.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085324

Au centre Bopp, Maître Latif propose des formations aux « métiers rapides » telle que la garde rapprochée pour dissuader les jeunes de partir.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085322

Cours de couture au Centre Bopp, la plus vieille ONG de Dakar. Au cœur du quartier populaire Biscuiterie, le Centre Bopp propose plusieurs formations professionnelles accessibles aux plus démunis. Au Sénégal, 80 % des chômeurs déclarés n’ont aucune qualification.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085321

A quelques mois du baccalauréat, Mohamed et ses amis s’entraident pour rattraper leur retard scolaire. En raison d’une grève record de leurs professeurs à Rufisque, ils n’ont pas eu un seul trimestre complet depuis deux ans. Mohamed à déja tenté l'aventure, et souhaite recomencer dés que possible.

dakar, Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085334

N’Dianakhar, l’un des premiers pôles du plan R.E.V.A (Retour Vers l’Agriculture) près de Saint-Louis. En pleine récolte de blé, deux jeunes tentent de réparer une batteuse.

Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085335

N’Dianakhar, l’un des premiers pôles du plan R.E.V.A (Retour Vers l’Agriculture) près de Saint-Louis. Ici, les pieds de Gorgui, ancien migrant clandestin, devant le bassin de pisciculture.

Senegal - 05/01/2007

 

William Dupuy / Picturetank DUW0085337

N’Dianakhar, l’un des premiers pôles du plan R.E.V.A (Retour Vers l’Agriculture) près de Saint-Louis. Ancien migrant clandestin, Gorgui, 28 ans, nourrit les poissons du bassin. Le coordinateur du plan R.E.V.A l’a nommé responsable de la pisciculture dans l’espoir de le retenir.

Senegal - 05/01/2007



top